vendredi 13 septembre 2013

CHILI : QUAND LA MUSIQUE DEVIENT UN INSTRUMENT DE TORTURE


[ Pour écouter, cliquer sur la flèche ]
  « MY SWEET LORD » MY SWEET LORD EST UNE CHANSON DE GEORGE HARRISON, PARUE EN 1970 SUR SON TRIPLE ALBUM ALL THINGS MUST PASS. DURÉE : 00:04:39 


[ Pour écouter, cliquer sur la flèche ]
JULIO IGLESIAS;  PAUVRES DIABLES (VOUS LES FEMMES). CE TITRE EST EXTRAIT DE L'ALBUM : « EN FRANCAIS». DURÉE : 00:02:59
Son étude nous revèle que les tubes de Julio Iglesias, Georges Harrison, la bande-son du film Orange Mécanique ou encore Dalida, dont les geôliers chiliens raffolaient, étaient diffusés 24 heures sur 24 à certains prisonniers pour provoquer chez eux des souffrances psychologiques. Dans d’autres cas, les tortionnaires chantaient durant les séances de torture, une manière de faire apparaître la souffrance qu’il infligeait à leur victime comme « normale ».



[ Pour écouter, cliquer sur la flèche ]
« BEETHOVIANA » THÈME DU FILM L'ORANGE MÉCANIQUE COMPOSÉ ET INTERPRÉTÉ PAR WALTER CARLOS, 1974. DURÉE : 00:01:44 




Mais dans cette histoire terrible, la musique n’était pas toujours du côté des tortionnaires. Pour beaucoup de détenus, l’écoute de la musique ou la pratique du chant, notamment dans des chorales, était aussi un moyen de résister aux souffrances psychologiques imposées par l’administration des camps d’internement.
[ Pour écouter, cliquer sur la flèche ]
DALIDA;  « GIGI L'AMOROSO », 1974. AUTEURS COMPOSITEURS : MICHAELE - LANA ET PAUL SEBASTIAN - R.RINALDI. DURÉE : 00:07:28 
Comme le rappelle le blog Big Browser du Monde, il existe des cas plus récents de ce type d’utilisation de la musique : «Plus récemment, la torture musicale a été utilisée par l'armée américaine à Guantanamo pour faire craquer des détenus, en 2002 et 2003. Les artistes mis en cause, Metallica, Britney Spears et AC/DC en tête, avaient entamé une procédure pour réclamer des explications à l'administration».