jeudi 29 janvier 2015

LE CHILI APPROUVE L'UNION CIVILE POUR LES COUPLES HOMOSEXUELS

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

PHOTO EL CIUDADANO
C'est le résultat de quatre années de tractations dans ce pays très conservateur.
Le Parlement chilien a approuvé ce mercredi un projet de loi sur la famille qui reconnaît l’union civile pour les homosexuels. La loi crée l'«Accord sur 

PHOTO MOVILH
l’Union civile» (AUC), largement soutenue par l’opinion publique après quatre années de tractations. Elle permet aux couples hétérosexuels ou homosexuels, vivant sous le même toit sans être mariés, le partage de leurs biens sur le plan juridique, le droit d’hériter ou de recevoir des pensions, et la possibilité d’être pris en charge dans le système de santé.

SÉANCE DE LA CHAMBRE DES DÉPUTES AU CHILI. PHOTO MOVILH 
En cas d’incapacité d’un des parents biologiques, la garde des enfants sera attribuée en tenant compte de l’intérêt supérieur de l’enfant, et donnera la priorité aux partenaires ou conjoints, une mesure réclamée par les organisations de défense des droits homosexuels.

En outre, les mariages homosexuels, célébrés dans les pays où ils sont autorisés, seront inscrits au Chili sous le régime de l’AUC. «Nous sommes heureux que l’État reconnaisse pour la première fois qu’un couple de même sexe peut également créer une famille et mérite une protection», a réagi le président de la Fondation Égalités, Luis Larraín.

UNE «ÉTAPE HISTORIQUE»

Une fois promulguée, la loi passera devant la Cour constitutionnelle, avant un processus d’environ six mois pour en rédiger les règles concrètes. Puis les parties intéressées pourront prendre rendez-vous auprès des services de l’état civil pour célébrer leur union devant un juge.

La Présidente du Sénat, la socialiste Isabel Allende, a qualifié la loi d'«étape historique», qui permettra, selon elle, «d’avancer dans le respect, les droits et la dignité des personnes, et d’assurer qu’aujourd’hui personne ne soit victime de discrimination».

Le projet était une promesse de campagne du président de droite Sebastian Piñera (2010-2014), et avait été soumis au Congrès en 2011. Le Chili, ultra-conservateur, a été un des derniers pays occidentaux à reconnaître le divorce en 2004 et n’autorise l’avortement sous aucune circonstance.

En 1999, une loi punissant de prison les homosexuels pour «sodomie» a été abolie.