jeudi 4 juin 2015

ETUDIANTS ET CHERCHEURS EN ROUTE VERS LE CHILI

Porté par l'Instituto de Arqueología y Antropología de la Universidad Católica del Norte et le Centre de recherches historiques de l'Ouest CERHIO (CNRS, Univ. Rennes 2, univ. Angers, Univ. Maine, UBS), ce programme s'étendra sur quatre ans. Une trentaine d'archéologues, de géographes, d'historiens et d'anthropologues étudieront les problématiques minières dans le désert d'Atacama, au Chili. L'Université Rennes 2 organisera, en outre, la veille de l'inauguration, le 8 juin, une journée d'études scientifiques.

Des problématiques multiples 

Comme le rapporte le communiqué de la faculté rennaise, le LIA abordera "la problématique minière dans la longue durée (établissements pré-Incas, Incas, coloniaux, exploitations industrielles contemporaines) et à travers toute sa variété typologique (exploitations métalliques, non-métalliques, en surface ou souterraines, de petite ou grande échelles)". 

Les recherches seront aussi diverses que les compétences : à savoir les systèmes techniques et les modes de production, les frontières, les notions de mobilité ou encore les cultures minières et les Peuples Premiers. 

Des mines... d'informations 

L'internationalisation de ces programmes (thèses en co-tutelle) effectués par des chercheurs et étudiants "contribuera au débat public autour de la problématique minière dans le désert d'Atacama à travers la diffusion, systématisation et mise à disposition publique de l'information scientifique, cartographique, patrimoniale et documentaire issue du projet". Une source plurielle d'informations qui permettra de croiser les conclusions, et donc d'améliorer encore les connaissances scientifiques et académiques.