samedi 19 décembre 2015

VALPARAISO, LA MYTHIQUE


[ Pour écouter, double-cliquer sur la flèche ] 

      En ce temps-là, il fallait en effet contourner le cap Horn avant de rejoindre, enfin, ­Valparaiso. C’était un long, très long voyage.
      Au milieu de ce siècle-là, au départ de San Francisco eut lieu la ruée vers l’or en Californie. Valparaiso prit alors de l’importance comme port d’escale pour les navires ­arrivant de l’Atlantique autant que comme port d’exportation de blé et d’autres aliments destinés à la Californie.
      Le Chili, avec Valparaiso comme port ­d’entrée, devint en même temps une terre d’immigration pour des vagues de migrants européens, principalement italiens, ­allemands, anglais et français. Ce sont en premier lieu ces derniers qui contribuèrent à l’expansion de Valparaiso.
      L’âge d’or de la ville allait toutefois prendre fin à partir de 1914, année de la mise en service du canal de Panama, une voie maritime qui eut pour effet de réduire de plus de ­moitié la distance entre New York à San Francisco par rapport à la route empruntant le cap Horn.
      Une ville très colorée
      Les nombreuses collines – on en compte une quarantaine – formant un amphithéâtre naturel face à la baie, devinrent peu à peu autant de quartiers situés au-dessus du port. Dans certaines rues, les maisons d’origine sont encore là, extérieurement revêtues de zinc ou de tôle. Dans tous les styles imaginables, toutes ont en commun d’être peintes de couleurs vives. Cette touche particulière de Valparaiso s’est maintenue à travers les époques.
      Comme si cela ne suffisait pas à affirmer le charme de la cité, le travail des artistes de rue est venu, plus récemment, lui donner une nouvelle touche.
       Artistes de rue à l’œuvre. 
      ARTISTES DE RUE À L’ŒUVRE.
      PHOTO PAUL SIMIER
      Les graffitis figurent partout, sur les murs demeurés nus, sur les marches des escaliers publics, sur toute surface de béton disponible et accessible. L’art de rue se traduit souvent par des œuvres gigantesques occupant ­jusqu’à un pignon de maison complet.
      Bistrots, cafés, restos alternatifs se sont ­développés dans plusieurs de ces rues à flanc de colline. La population étudiante de ­Valparaiso garantit à ces commerces une bonne clientèle.
      Témoins directs de la modernisation que connut la ville à la fin du XIXe siècle, les quinze funiculaires permettant de gagner les quartiers situés dans les collines continuent leur service.
      [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

      LA PLAGE DE VIÑA DEL MAR, STATION BALNÉAIRE SITUÉE PRÈS DE VALPARAISO.

      PHOTO PAUL SIMIER
      La plage de Viña del Mar, station balnéaire située près de Valparaiso.
      Au terme d’une quinzaine de kilomètres, en logeant la baie de Valparaiso, on atteint Viña del Mar. Ville moderne, cette station balnéaire accueille en saison principalement les ­villégiateurs venus de la capitale.