jeudi 30 juin 2016

UNICEF - AU CHILI, UN ENFANT SUR QUATRE NE COMPREND PAS CE QU'IL LIT

« Nier une bonne opportunité à des centaines de millions d’enfants représente plus qu’une menace pour leur futur : en exacerbant les cycles intergénérationnels de désavantage, nous mettons en péril le futur de leurs sociétés », a déclaré Anthony Lake, directeur d’Unicef. « Nous avons une option : investir dès à présent en faveur de ces enfants ou permettre que notre monde soit encore plus inégal et plus divisé ».

Campagne de sensibilisation de l'Unicef sur les inégalités qui touchent l'enfance :
   YouTube ‎@YouTube
 Suivre
 Unicef Chile ✔ @UnicefChile
¿Qué harías si vieras a una niña de 6 años sola en la calle?#ParaTodosLosNiños http://ow.ly/5mHS301LbiJ 
17:06 - 29 Juin 2016
  4 4 Retweets   1 j'aime

Le cas du Chili

Le Chili pourrait ne pas se sentir concerné par les conclusions inquiétantes de l’Unicef. Il est en effet le deuxième pays d’Amérique latine présentant le plus faible taux de mortalité infantile et d’après le l’étude de l’organisation internationale, son pourcentage de pauvreté infantile par revenu est le plus bas de la région.

Le rapport signale cependant que « les inégalités sont toujours le principal obstacle pour que le Chili atteigne un développement inclusif en 2030. Le pays a connu un essor important ces dernières années, mais un groupe conséquent d’enfants est resté en marge de ce progrès ».

Malgré un taux de scolarisation élevé, la qualité de l’éducation reste une dette importante au Chili. Un adolescent sur quatre ne comprend pas ce qu’il lit et ne sait pas résoudre des opérations mathématiques basiques. En termes de santé, deux enfants sur cinq souffrent de problèmes mentaux et un enfant sur cinq vit encore en situation de pauvreté.

L’Unicef avertit également que le Chili ne dispose pas d’un système d’information intégré qui permette de réaliser un suivi efficace des enfants bénéficiant d’un système de protection spéciale. Ceci implique qu’il est impossible de savoir si ces derniers vont effectivement à l’école, ont leur contrôles de santé à jour ou s’ils bénéficient d’une subvention de la part de l’État.

« Il est fondamental de compter sur de bons systèmes d’information et d’investir en faveur de l’inclusion et de l’équité. Ces éléments permettront au Chili de ne pas hypothéquer el futur de ses nouvelles générations », conclut le rapport.

Alexandre Hamon