jeudi 25 novembre 2010

DAKAR 2011 : VERSION CRESCENDO

Cette année, le tracé conduit les concurrents à l’extrême nord de l’Argentine et du Chili, aux frontières de la Bolivie puis du Pérou, jusqu’à une journée de repos à Arica, avant d’entamer le chemin du retour vers Buenos Aires. Sur ces 9000 km de routes, de pistes et de dunes, dont 5000 km environ de course proprement dite, la construction du parcours a été dictée par une volonté de placer les étapes les plus sélectives sur la deuxième partie, de façon à maintenir au maximum le suspense et d’installer un crescendo dans la difficulté. C’est bien dans un défi d’endurance extrême que se lancent les pilotes et équipages du Dakar.
Les adeptes et curieux du rallye raid ont répondu présent au rendez-vous de l’aventure, puisque 430 véhicules représentant 51 nationalités sont attendus au départ de la 32ème édition, soit une augmentation de près de 20 % par rapport à 2010. Au-delà des chiffres bruts, un autre pari est déjà remporté sur le plan sportif avec la concrétisation d’un projet qui densifie la compétition : dans la catégorie moto, les pilotes d’élite sont maintenant tous engagés en moins de 450cc. Cette réforme d’ampleur a conquis les constructeurs, qui se lancent en nombre à l’assaut du titre suprême. Toujours sur KTM, Cyril Despres et Marc Coma, vainqueurs des cinq dernières éditions, rivaliseront maintenant à cylindrée égale avec Aprilia (Lopez, Duclos…), BMW (Frétigné, Verhoeven…), Yamaha (Viladoms, Rodrigues…), Sherco (Casteu), Honda (Bethys, Pisano…) ou encore Beta (Boano). En auto, les promesses du Team BMW X-Raid, qui aligne notamment Stéphane Peterhansel et Guerlain Chicherit, sont de plus en plus crédibles pour contrer les plans de Volkswagen. Carlos Sainz, tenant du titre, a d’ailleurs conscience que la concurrence ne se limite pas à une lutte interne déjà féroce avec Al Attiyah, De Villiers et Miller. Dans la catégorie camion, le rôle de favori est occupé par Vladimir Chagin et ses coéquipiers chez Kamaz, mais pour son retour à la compétition, Gerard De Rooy (Iveco) se montre tout aussi ambitieux qu’Ales Loprais (Tatra).
Avant de se retrouver en confrontation directe sur la piste, les véhicules des concurrents européens ont une première convocation à honorer, sur le port du Havre les 24 et 25 novembre. C’est là qu’ils embarqueront pour une traversée de l’Atlantique jusqu’à Buenos Aires. Les vérifications techniques et administratives se dérouleront ensuite les 30 et 31 décembre.