dimanche 26 mai 2013

MANIFESTATION CONTRE L'ANNULATION DE LA CONDAMNATION DE RIOS MONTT

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

« NOUS SOMMES TOUTES  IXILES » DES MAYAS IXIL MANIFESTENT POUR RÉCLAMER JUSTICE. PHOTO  JAMES RODRIGUEZ 

M. Rios Montt, 86 ans, avait été reconnu par un tribunal local coupable le 10 mai de génocide et crimes contre l'humanité, et condamné à un total de 80 ans de prison. Le jugement a été annulé par la CC, qui a estimé que les droits de la défense n'avaient pas été respectés, et l'accusé devra à nouveau comparaître devant la justice.

Plusieurs autres manifestations de solidarité avec les victimes du régime de Efrain Rios Montt (1982-1983) se sont déroulées simultanément dans d'autres pays sud-américains.

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

HÈCTOR HUGO PÈREZ AGUILERA, LE PRÉSIDENT DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE DE GUATEMALA ; ROBERTO MOLINA BARRETO, MAGISTRAT ; ALEJANDRO BALTAZAR MALDONADO AGUIRRE, MAGISTRAT. « LES VISAGES DE L'IMPUNITÉ »  MANIFESTATION CONTRE L'ANNULATION DE LA CONDAMNATION DE RIOS MONTT . 
A Guatemala Ciudad, face au bâtiment de la Cour constitutionnelle, les manifestants ont dressé un autel sur lequel ont été déposées des fleurs et des bougies. Plusieurs banderoles ont également été déployées, qualifiant notamment de « honte nationale»  les trois juges ayant voté en faveur de l'annulation du jugement.

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ] 

« OUI, IL Y A EU GÉNOCIDE » DES MEMBRES DE LA COMMUNAUTÉ INDIGÈNE GUATEMALTÈQUE TIENNENT UNE CONFÉRENCE DE PRESSE, LE 22 MAI 2013 À GUATEMALA CITY. PHOTO JOHAN ORDONEZ 

Maisons brûlées

« Oui, il y a eu génocide », « Mon coeur est Ixile» (du nom d'une ethnie indienne victime de répression sous Rios Montt) ou « Non à l'impunité», ont notamment clamé les manifestants durant leur parcours.

« Les soldats ont brûlé ma maison, tué mes vaches et les ont mangées. Je suis pauvre et je demande justice», a confié Rosa Ramírez, 73 ans, survivante d'opérations menées par l'armée dans le département de Quiché, dans le nord du pays, à cette époque.

« C'est une protestation contre la décision illégale prise par la Cour qui essaie de revenir sur l'un des jugements historiques les plus importants du Guatemala » , a déclaré pour sa part Nery Rodenas, directeur du Bureau des Droits de l'homme de l'archevêché de Guatemala (ODHAG).