jeudi 20 décembre 2018

CHILI : DÉCÈS DE L'HISTORIENNE MARÍA EUGENIA HORVITZ


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

MARÍA EUGENIA HORVITZ
C'est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès de María Eugenia Horvitz Vásquez, survenu le mercredi 19 décembre à Santiago du Chili.
MARÍA EUGENIA HORVITZ, NÉE À SANTIAGO DU CHILI, LE 8 AOÛT 1940, ET DÉCÉDÉE DANS LA MÊME VILLE, LE MERCREDI 19 DÉCEMBRE 2018, DES SUITES D'UNE LONGUE MALADIE, A ANNONCÉ SA FAMILLE.
MARÍA EUGENIA HORVITZ 
María Eugenia Horvitz Vásquez est née à Santiago du Chili le 8 août 1940 ; fille du psiquiatre Isaac Horvitz Barak et de la pharmacienne Gertrudis Vásquez Silva. María Eugenia était la cadette de trois enfants. 

Maria Eugenia Horvitz est décédée dans l'après-midi du mercredi 19 Décembre à 78 ans. Elle fut mariée à Enrique París Roa, avec qui elle eut trois enfants, Enrique, Sebastian et María Eugenia. Son époux Enrique París fut un proche collaborateur et médecin personnel du président Salvador Allende. Le 11 septembre, il se trouvait au Palais de La Moneda, siège de la présidence du Chili, où il fut fait prisonnier puis assassiné.

Madame Horvitz fut une académicienne du Département universitaire des sciences historiques de la Faculté de Philosophie et Lettres à l'Université du Chili. Sa défense de la démocratie, de la mémoire et des droits de l'homme fait partie de son héritage considérable à l'Université du Chili.

Maria Eugenia Horvitz a obtenu son diplôme de professeur d'État en histoire, géographie et éducation civique à l'Université du Chili en 1966. Elle a travaillé comme assistante du professeur Hernán Ramírez Necochea de 1963 puis comme enseignante-chercheuse. Entre 1972 et 1973, elle fut directrice du Département d'histoire de la Faculté de philosophie et d'éducation de l'Université du Chili.

Après le coup d'État de 1973 au Chili, elle part avec ses trois enfants en exil en France, À Paris elle reprend les études et obtient une Maîtrise en histoire à l'Université de Paris I, Panthéon-Sorbonne en 1974 et un diplôme d'études approfondies (DEA) en histoire économique et sociale en 1979.

Entre 1979 et 1988, elle fut consultante auprès de l'UNESCO.

En 1992 elle rentre au Chili et rejoint l'Université du Chili. Entre 1997 et 2002, elle a coordonné le programme de maîtrise en histoire. En 2002, elle était responsable de la Direction des affaires étudiantes à l’Université du Chili. En 2008, elle est devenue directrice du département des sciences historiques de la faculté de philosophie et des sciences humaines de l'université du Chili.

Elle a été vice-doyenne de la Faculté de philosophie et de sciences humaines lors de l’administration de la doyenne María Eugenia Góngora, entre 2010 et 2015.
En tant qu'enseignante en licence, master et doctorat, elle a dispensé des cours sur l'histoire de l'historiographie; l’histoire européenne du XIXème siècle; le cinéma, la mémoire et l’histoire récente; l'exil et l'immigration du Cône Sud; la mémoire et l’historiographie; et l'exil, la migration et les solidarités transnationales.

Elle a récemment été honorée par l'Université du Chili et a reçu des mains du recteur Ennio Vivaldi la médaille dédiée aux fonctionnaires et universitaires qui partent à la retraite.

Résistante à la dictature de Pinochet, militante communiste, pendant son exil en France elle a participé infatigablement aux tâches de solidarité et de dénonciation de la dictature chilienne.