lundi 8 avril 2013

CHILI: PABLO NERUDA
A-T-IL ÉTÉ ASSASSINÉ ?

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

PORTRAIT DE PABLO NERUDA.  ENRIQUE ZAMUDIO

Isla Negra et ses environs passent sous le commandement de Manuel Contreras, le futur directeur de la DINA, les services secrets de Pinochet. Le 14 septembre, les militaires occupent sa maison pensant y trouver des armes. « Cherchez, cherchez » , leur dit Neruda, « l’unique danger qui se trouve dans cette maison, c’est la poésie. »  


Isolé, le poète prend la décision de s’exiler au Mexique. Là-bas, pense-t-il, il travaillera avec les dirigeants du monde entier pour rétablir la démocratie au Chili. Gonzalo Martínez Corbalá, l’ambassadeur mexicain, lui apprête un avion pour le 24 septembre. Entre-temps, pour être en sécurité, Neruda séjournera à la clinique Santa María de Santiago. La Chascona, sa célèbre maison de Santiago, a en effet été complètement dévastée par les militaires.


Selon la version officielle, une fois interné, l’état de santé de Neruda se dégrade rapidement. Sur son lit d’hôpital, le poète est informé de la disparition de certains de ses amis, de l’emprisonnement des dirigeants de l’Unité populaire, ainsi que de l’assassinat du chanteur Victor Jara. Ceux qui l’ont visité comme le diplomate suédois Ulf Hjertonsson témoignent de son état de souffrance mentale et physique.

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ] 


PORTRAIT DE PABLO NERUDA. 
Pablo Neruda meurt le 23 septembre 1973 à 22 h 30. Le rapport de la clinique évoque un cancer de la prostate avec métastases. Cette version du décès a été officialisée, recevant même la caution de la Fondation Pablo Neruda. Or, elle fait l’impasse sur le témoignage d’un acteur clé de l’histoire : Manuel Araya, le chauffeur et assistant de Neruda. Convaincu que le poète a été assassiné, il s’est confié pour la première fois en 2011 à la revue mexicaine «Proceso». Selon lui, l’état de santé de Neruda n’était pas critique. Le lendemain de son arrivée à la clinique, Neruda lui demanda de retourner à Isla Negra avec Matilde pour emporter des vêtements et des livres en vue de leur départ pour Mexico.


A 16 h 00, alors qu’ils rassemblent les affaires, ils reçoivent un appel catastrophé de Neruda : «Revenez rapidement. Pendant que je dormais un médecin est venu me faire une injection» . De retour à la clinique, le chauffeur découvre le prix Nobel fiévreux avec une trace d’une piqûre dans l’abdomen. Le médecin de garde lui demande d’aller chercher un médicament à la pharmacie pour le soulager. En chemin, Araya est arrêté, torturé et emprisonné au Stade national. C’est là-bas qu’il apprendra le décès de Neruda.


Le Parti communiste chilien s’est donc saisi de ce témoignage pour introduire une plainte auprès du juge Mario Carroza. Après avoir collecté d’autres éléments et fait analyser les rapports médicaux de l’époque, celui-ci a donc décidé d’exhumer le corps de Pablo Neruda pour lever le mystère qui plane toujours sur Isla Negra, quarante ans après le coup d’Etat.