mercredi 30 octobre 2013

A LA UNE : QUATRE JEUNES CHILIENS CONDAMNÉS POUR AVOIR BATTU ET TORTURÉ À MORT UN JEUNE HOMOSEXUEL

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
PATRICIO AHUMADA GARAY FUT CONDAMNÉ À LA PRISON À VIE PAR LA JUSTICE
CHILIENNE POUR LE MEURTRE DE DANIEL ZAMUDIO. PHOTO LUIS HIDALGO / AP 
Le quotidien chilien détaille la sentence : prison à vie pour le principal auteur des faits, Patricio Ahumada, dont vingt ans incompressibles ; Alejandro Angulo et Raul Lopez écopent de quinze ans de prison ; tandis que le quatrième, Fabian Mora, passera les sept prochaines années derrière les barreaux.

Cette affaire a littéralement bouleversé la société chilienne et s'est transformée en question politique. C'est ce que détaille El Mercurio dans un autre article. La loi anti-discrimination qui a été promulguée quatre mois après la mort de Daniel Zamudio était dans les tiroirs depuis 2005, explique El Mercurio. Et il a fallu qu'un crime aussi macabre soit perpétré pour qu'enfin les législateurs comprennent l'urgence du problème.


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
WLADIMIR SEPULVEDA UN JEUNE HOMME DE 21 ANS QUI A ÉTÉ AGRESSÉ, LÀ ENCORE PAR QUATRE HOMMES, IL Y A UNE SEMAINE. 

Le Chili est un pays conservateur et très catholique. Les questions du divorce, de l'avortement et également de l'orientation sexuelle sont toujours écartées du débat public. Désormais, et pour la première fois, le droit chilien établit la « discrimination arbitraire » en raison du sexe, de la religion, de la race ou de la condition sociale, ce qui est une première pour ce pays.

WLADIMIR SEPULVEDA
Et hier, alors que les condamnations des auteurs de ce crime étaient rendues publiques, on apprenait qu'un autre homosexuel avait été victime d'une terrible agression. Il s'agit de Wladimir Sepulveda un jeune homme de 21 ans qui a été agressé, là encore par quatre hommes, il y a une semaine. Il est depuis dans le coma. Ces révélations ont fait réagir le président Sebastian Piñera, qui a annoncé que « son gouvernement est à 100% impliqué dans la lutte contre la discrimination », des déclarations reprises par El Mercurio. Dans 21 jours se tient le premier tour de l'élection présidentielle. Et la favorite, Michelle Bachelet, a fait de cette question un thème central de son programme, rappelle le quotidien.