jeudi 3 avril 2014

CHILI : CAMILA VALLEJO REFUSE UNE MINUTE DE SILENCE

CAMILA VALLEJO SUR JAIME GUZMÁN: « NE ME DEMANDEZ PAS DE RENDRE HOMMAGE À UNE PERSONNE, QUE, JE CROIS, FUT NUISIBLE POUR LA DÉMOCRATIE DE NOTRE PAYS. »
[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]               

CAMILA VALLEJO NE S'ASSOCIE PAS À L'HOMMAGE À JAIME GUZMAN
« C'est la seule avec qui je n'ai pas de contacts. » argumenta-t-il, omettant de rappeler qu'il l'avait injurié de paroles sexistes durant les manifestations universitaires. De son côté, l'ex-Présidente des Etudiants de l'Université du Chili (FECH), précisa à la presse qu'aucun des députés ne demanda de rendre hommage à une personne sacrifiée durant la dictature. Même assise, elle respecta, en soit, la minute de silence. Ne provoquant pas une joute oratoire. Contrairement à un autre député de droite, Ignacio Urrutia, qui interrompit avec des injures l'hommage rendu à Salvador Allende, 40 ans après le coup d'Etat.


           [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]


« Aujourd'hui, nous votons contre le profit éducatif, un des principaux legs de la pensée de Jaime Guzmán. » continua Camila Vallejo. « Je pense mon attitude cohérente, avec ce que je dis envers ceux qui m'ont élue. » souligna-t-elle. De son côté, le Comité Européen de Soutien de la diplômée en Géographie, salua dans un communiqué sa « cohérence » : « Il ne faut pas oublier que Jaime Guzmán était l'un des grands conseillers d'Augusto Pinochet, sinon le plus proche. Qu'il a lui-même produit ce contre quoi les étudiants chiliens luttent depuis 2011. Qu'il était proche de l'Opus Dei, considérée comme une secte dans bien des pays. Et que ce sénateur fut le plus farouche opposant à Salvador Allende. Qu'il était membre de l'extrême-droite chilienne. Qu'en 1989, il s'affirma Pinochetiste avec beaucoup d'honneur, et tout ce que cela implique comme sens moral face à l'Histoire du Chili. »

            [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

AUGUSTO PINOCHET ET JAIME GUZMAN
L'avocat fut considéré comme l'idéologue de la junte militaire. En quittant le cours de droit qu'il donnait au sein de l'Université Pontificale Catholique du Chili (PUC), il fut abattu par un groupe armé d'extrême-gauche. Sur twitter, les réactions face à l'attitude de la députée Vallejo n'ont pas manqué. Principalement pour mettre en cause, le Président du Parti Communiste Chilien (PCCH) et député, Guillermo Tellier, debout lors de cet hommage. Alors qu'il avait dit à la presse chilienne, avoir participé à un attentat raté contre Augusto Pinochet.