dimanche 21 décembre 2008

Le parcours du Dakar décrypté

Pour ce premier Dakar en Argentine et au Chili, il a passé plus de 100 jours en Amérique du Sud, «On a eu un peu peur au début car la pampa, c’est plat et un peu triste. Puis aux abords de la Cordillère des Andes, tout a changé, raconte-t-il. Il y a tous les ingrédients pour faire un grand Dakar: des paysages sublimes, des dunes, de la piste.» Pour 20minutes.fr, Castera fait le point sur ce premier Dakar «out of Africa»... Dakar2009>>> Le parcours est à voir ici

Le parcours: «Nous ne savions pas trop à quoi nous attendre en partant faire les reconnaissances. Ce qui est intéressant, c’est la diversité des paysages. Il y a de la piste, des zones de dunes qui durent pendant 50-60km, des routes en altitude à 4.700 mètres d’altitude au cœur de la Cordillère des Andes… On longe l’océan Atlantique puis le Pacifique, on traverse deux pays. L’alternance de choses différentes est vraiment passionnante.»

Les étapes importantes: «Les deux premières étapes sont plutôt roulantes dans la pampa. Il s’agira de se roder avec se machine. Avec la numéro 4 et surtout la numéro 5 qui nous font monter vers la Cordillère des Andes, on rentre dans le dur avec les premières dunes. Entre Neuquèn et Mendoza, c’est le premier juge de paix avec de grosses périodes de sables. Il va falloir ne pas se perdre. Ensuite, on traverse la Cordillère en longeant le plus grand sommet et on attaque le gros morceau, les 4 étapes où vont se jouer le rallye: deux le long du Pacifique entre Valparaiso et Copiapo avec des pistes type WRC, puis une dans le désert de l’Atacama avant une étape qui retraverse la Cordillère où on monte à 4.700 mètres d’altitude en faux plat sans pratiquement un virage. On a du mal à respirer, mais c’est unique.»

Les ressemblances avec l’Afrique: «Etonnamment, les dunes ressemblent beaucoup à celles de la Mauritanie, longues et plates d’un côté avant de tomber abruptement. Les endroits traversés sont également très désertiques: l’Argentine est un pays 6 à 7 fois grand comme la France, mais ils n’y a que 35 millions d’habitants.»

Les différences: «D’abord, la faune et la flore. Les lamas remplacent les chameaux. Ensuite, il va faire plus chaud car nous serons en plein été en Amérique du sud alors que nous étions en hiver dans le Sahara. Sur certaines étapes, il fera plus de 45°C. L’une des grosses différences est le fait que l’on peut souvent apercevoir la Cordillère des Andes au loin. Ça rend certaines navigations grandioses.»

La sécurité: «L’Argentine et le Chili sont plus urbanisés que les pays africains. Du coup, les pilotes vont traverser moins de villages, ce qui diminue les risques. Sur les deux dernières étapes qui empruntent les pistes du rallye d’Argentine, il y aura tout de même beaucoup de monde, car les Argentins sont des fondus de sports auto. Mais je pense qu’ils ont plus l’habitude des courses…»
M. Go.