vendredi 5 septembre 2014

LE CENTENAIRE DE PARRA ET LE PARRICIDE

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
NICANOR PARRA. PHOTO PIN CAMPAÑA JUIN 2012
Le centenaire de la naissance de Nicanor Parra a donné lieu à de nombreuses manifestations qui célèbrent le poète chilien, telle que la remise officielle d'une copie de son acte de naissance par le ministre de la culture, en passant par une exposition photo, sorte de biographie en images, ou une installation de ses « artéfacts » dans des universités et musées à Santiago.
[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]


PHOTO IVAN ALVARADO
Le poète chilien Nicanor Parra fut consacré par le prix Cervantes 2011 – considéré comme la plus haute distinction des lettres de langue espagnole. En 1969, il reçoit le Prix National de Littérature du Chili pour son Obra Gruesa. Son livre le plus connu reste néanmoins Poemas y Antipoemas.

Nicanor naquit le 5 septembre 1914 au Chili, un pays de poètes. Au sujet de ses prédécesseurs, les poètes Vicente Huidobro, Pablo de  Rokha et Pablo Neruda, Parra écrit dans son «Manifiesto» (Manifeste) de 1963:  


.../...
Nous condamnons
et cela je le dis avec respect
la poésie de petit dieu
la poésie de vache sacrée
la poésie de taureau furieux
.../...


Nicanor Parra a toujours été une figure de la provocation et de l'anticonformisme ; stratégie adoptée pour pouvoir exister dans ce « pays de poètes ».  Comme tous les écrivains ayant voulu tuer le père, Nicanor Parra prend le chemin à contrecourant. Il n'est pas poète. Parra se définit comme antipoète, désireux de s'opposer à la tradition poétique, pour  dénouer ainsi son « complexe d’Œdipe » et assumer son parricide.

Parra est toujours en compétition, comme il le démontre avec humour dans la  «Cueca des poètes»:



[ Pour écouter, cliquer sur la flèche ]



[ Pour écouter, double-cliquer sur la flèche ] 

 
« LA CUECA DE LOS POETAS » (LA CUECA DES POÈTES) (1964-1965),   
TEXTE DE NICANOR PARRA, MISE EN MUSIQUE ET CHANT VIOLETA PARRA  
DURÉE : 00:01:46 




Ñ
.../...
Pablo de Rokha est bon 
 mais Vicente 
vaut le double et le triple
disent les gens
 Huifa, aï, aï, aï 
Disent les gens, oui
il n’a pas de doute :
le plus fort s'appelle
 Pablo Neruda
Huifa, aï, aï, aï
Cours, Nicanor Parra
Va t’attraper.




PABLO NERUDA ET NICANOR PARRA
Les relations de Parra et Neruda furent d'admiration et de cordialité malgré les guéguerres alimentées par les medias. Pour exprimer sa reconnaissance et son admiration, Nicanor Parra choisit le chemin indirect du paradoxe : «Il y a deux manières de réfuter Neruda : l'une c’est en ne lisant pas, l'autre c'est en le lisant d'une mauvaise foi. J'ai pratiqué les deux, mais aucune ne m'a donné de résultat ». Son chemin oscille continuellement entre provocation et anticonformisme. Certains de ses comportements ont même été reçus avec incompréhension.

PAT NIXON ET NICANOR PARRA À LA MAISON BLANCHE
Par exemple, dans l'univers intellectuel et idéologique progressiste de l’Amérique latine en 1970, en pleine guerre du Vietnam,  Parra accepte une invitation à prendre le thé à la Maison Blanche avec Pat Nixon, la femme du président du même nom, ce qui lui valut de nombreuses critiques.

Par ailleurs, une situation délicate se produisit suite au coup d'État de 1973. Pendant que la répression battait son plein, que des membres de sa famille furent emprisonnés, que tous ses amis et proches perdaient leur travail ou partaient en exil, il accepte un poste à l'université. Depuis, cette période est devenue taboue.  

Sa position face à la période de dictature et son opinion de Pinochet est également confuse : « D'une part c’est un sauveur, sans Pinochet, nous serions comme à Cuba. C’est un fait. Mais immédiatement, les atrocités qui ont été commises. On voudrait un sauveur sans atrocités. Comment réunir ces deux choses ? L'atrocité avec une opération de sauvetage. Si l'on veut penser la chose en grand, il n'y a pas tel sauveur. Un sauveur à court terme : dans quel but ? Un mécanisme qui se nomme consumérisme, du pain pour aujourd'hui et la faim pour demain ». 

Quoi qu’il en soit, malgré des prises de position curieuses pour un homme issu d’un milieu populaire, de gauche, et engagé, d’un point de vue littéraire Parra a innové en poésie. Son œuvre a eu une influence profonde dans la littérature latino-américaine.  
  
Le meilleur hommage que l’on peut rendre à Nicanor Parra en ce jour, comme à tout écrivain, est de le lire. 

ÉPITAPHE
Ñ
De taille moyenne,
Avec une voix ni fluette ni grosse,
Fils aîné d’un professeur primaire
Et d'une couturière d'arrière-boutique;
Maigre de naissance
Bien que dévot de la bonne table;
De maigres joues
Et plutôt d’abondantes oreilles;
Avec un visage carré
Dans lequel les yeux sont à peine ouverts 
Et un nez de boxeur mulâtre
descend jusqu’à la bouche d'idole aztèque
- Tout cela baigné
Par une lumière entre ironique et perfide-
Ni très futé ni imbécile complet
Je fus ce que j'ai été: un mélange 
De vinaigre et d’huile 
Un saucisson d'ange et de bête!
MC