mercredi 23 décembre 2009

Son Chili à travers chants

Les chants de son enfance, les témoignages du coup d'état de 1973, l'hommage à Salvador Allende, au poète Pablo Neruda et puis son pays où Valparaiso tient une place de choix ; un chant ardent qui traduit, dit-elle, « Valparaiso, vallée du paradis, port des amours ».
Après l'Amérique latine, la France avec des chants comme « Rappelle-toi, Barbara » ou « Lily » de Pierre Perret... Ses expressions, sa voix très nuancée, son regard noir, traduisent ses émotions. On y trouve la femme passionnée et généreuse qu'elle est. Elle l'a montré en reprenant un des chants qu'elle avait interprété dans les carrières de Crazannes, avec la seule intention de faire plaisir, en souvenir d'un passage qu'elle n'a pas oublié.
Un autre cadeau, et pas le moindre, pour Lucien (le doyen de la troupe de l'époque, maintenant âgé de 92 ans et en fauteuil roulant) qui avait tenu à venir et avait, pour la circonstance, coiffé la casquette de facteur, rappelant le rôle qu'il y tenait.
Elle interpréta alors, pour lui, « L'amour est enfant de bohème » avec fougue. Un vrai bonheur pour tous, un vrai succès tout court : les applaudissements l'ont confirmé.
Et à la question : qu'est-ce qui est important pour vous ? Elle répond : « Pour moi, l'important, c'est la France solidaire. »