vendredi 15 juin 2018

SEBASTIÁN LELIO : « LA DÉSOBÉISSANCE DEVRAIT ÊTRE UN DES DROITS DE L’HOMME »



[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

 LASCO ATKINS, RACHEL MCADAMS  FILM DÉSOBÉISSANCE
Son dernier film, « Désobéissance », creuse le même sillon que ses précédents : des femmes fortes, qui cherchent à s’affranchir. Il nous raconte comment cette thématique a rencontré un large écho dans son Chili natal.

AFFICHE DU FILM
Dans la communauté juive orthodoxe de Londres, l’amour de deux femmes a provoqué un scandale que leurs retrouvailles ravivent. Sur fond d’intolérance religieuse, Désobéissance, de Sebastián Lelio, en salles depuis le 13 juin, parle de liberté avec nuance, avec des comédiens (Rachel McAdams, Rachel Weisz, Alessandro Nivola) brillamment dirigés. L’occasion d’interroger le réalisateur chilien sur le phénomène déclenché par son précédent long métrage, Une femme fantastique, oscar du meilleur film étranger cette année, et sur son image de cinéaste passionné par les personnages féminins.

Après Gloria (2013) et Une femme fantastique (2017), Désobéissance met à nouveau en avant des personnages de femmes qui vont conquérir leur liberté. Cette continuité du propos, d’un film à l’autre, correspond-elle à un projet très réfléchi ?

Absolument pas ! Je n’ai jamais eu de stratégie en réalisant ces films. Au point que lorsqu’un journaliste, au festival de Toronto, m’a posé une question sur ma trilogie des femmes fortes, j’ai été obligé de lui demander de quoi il parlait. Bien sûr, je peux comprendre, rétrospectivement, que Gloria, Une femme fantastique et Désobéissance aient quelque chose en commun, parce que ces films parlent de femmes qui sont à la marge d’une façon ou d’une autre, qu’elles soient plus âgées, différentes ou, dans Désobéissance, qu’elles viennent d’un monde très particulier, marqué par la religion. Mais ce qui m’a donné envie de mettre en scène ces personnages n’est pas la question du genre, de l’identité féminine.

D’ailleurs, quand j’ai écrit Gloria, en 2010, le débat autour des femmes n’existait tout simplement pas au Chili. Et quand j’ai écrit Une femme fantastique, la visibilité des personnes transgenres était nulle. C’est pendant le tournage de ce film que les choses ont commencé à changer. Quand il est sorti dans les cinémas, au Chili, j’étais parfaitement synchrone avec l’actualité. De la même façon, aujourd’hui, Désobéissance trouve une résonance dans la révolte des femmes qui a lieu en ce moment au Chili.
“Une loi sur l’identité des transgenres va être adoptée. Les gens appellent cette loi ‘la loi fantastique’, en hommage à ‘Une femme fantastique’.”
Même si votre projet n’était pas d’abord de défendre les femmes, vos films ne les ont-ils pas aidées de toute façon ?

Je pense, humblement, que mes films ont eu un impact en faveur des femmes. Une femme fantastique est d’ailleurs devenu un symbole. Grâce au film, mais aussi à l’oscar du meilleur film étranger, qui a eu un effet retentissant au Chili, une loi sur l’identité des transgenres a refait surface : le congrès l’avait enterrée et elle va finalement être adoptée. Elle permettra à une personne qui change de sexe de pouvoir obtenir une nouvelle identité, en accord avec son genre. Les gens appellent cette loi « la loi fantastique », en hommage à Une femme fantastique.

Avec ce titre, vous avez offert un très beau slogan à la cause féminine…

SEBASTIÁN LELIO
C’est drôle car, pour moi, ce titre a toujours eu une double signification, mais personne d’autre que moi ne l’a vue ! « Fantastique » veut dire une femme exceptionnelle, formidable, mais peut désigner aussi une femme qui est née de la fantaisie, qui relève du fantasme, de l’imaginaire. Cette deuxième signification n’a jamais été comprise… Mais je suis très heureux du premier sens de « fantastique » et je soutiens cette lecture, bien sûr : ce titre sonne comme une fête, c’est le plus important.

“Le monde d’aujourd’hui est divisé entre ceux qui considèrent que les autres êtres humains sont légitimes et ceux qui considèrent qu’ils ne le sont pas tous.” 

La vision d’Une femme fantastique que vous défendez, pas strictement féminine ou féministe mais d’abord humaniste, a-t-elle eu également un écho ?

Oui, vraiment. Une femme fantastique est devenu le symbole de tout ce qui est menacé, repoussé dans la marge, méprisé. Pas seulement les transgenres, mais toutes les personnes dont l’existence est considérée comme moins légale. Ce qui est vraiment l’expression de la folie que notre monde voudrait nous faire accepter : certaines personnes sont tellement ostracisées qu’elles en deviennent illégales. Gloria, Une femme fantastique et Désobéissance explorent les limites de l’empathie. Que voulons-nous accepter de l’Autre ? Le monde d’aujourd’hui est divisé entre ceux qui considèrent que les autres êtres humains sont légitimes et ceux qui considèrent qu’ils ne le sont pas tous. 

Désobéissance est un autre titre très symbolique et percutant. Peut-on le prendre comme un message ?

J’adore ce titre. C’est la première chose qui m’a séduit quand on m’a proposé le scénario. En découvrant cette histoire d’amour interdite dans un contexte oppressif où des idées figées sur l’ordre des choses et la place des femmes sont toujours très fortes, je me suis senti dans un univers familier. J’avais déjà exploré de telles tensions, parlé de la liberté individuelle et de ce que la société attend de vous. Les trois personnages de mon film sont amenés à désobéir pour avancer, pour s’en sortir : ils sont prêts à payer le prix pour être ce qu’ils sont. J’ai beaucoup de respect pour eux. La désobéissance devrait être un des droits de l’Homme. À un certain point, quelqu’un doit toujours désobéir pour que les choses avancent. Sortir dans la rue et montrer ses seins, comme le font les femmes au Chili aujourd’hui! La désobéissance est un pouvoir important : sans elle, on vivrait toujours dans le passé.