samedi 2 février 2019

ÉVASION DU CHILI: L'ANCIEN RÉSISTANT PATRICIO ORTIZ MONTÉNÉGRO DE RETOUR À SANTIAGO


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]


LE 1 FÉVRIER DE 2019 / SANTIAGO DU CHILI,  L'ANCIEN RÉSISTANT, 
PATRICIO ORTIZ MONTENEGRO,  ARRIVE AU CHILI APRÈS 22 ANS DE 
SON ÉVASION SPECTACULAIRE, D'UNE PRISON DE TRÈS HAUTE SÉCURITÉ,
EN UN HÉLICOPTÈRE EN 1996.
PHOTO LA TERCERA
Un ancien militant de gauche chilien, réputé pour son évasion spectaculaire de prison en 1996, est rentré dans son pays après 23 ans d'exil.
[ Pour écouter, cliquer sur la flèche ]

« VUELVO » DE PATRICO MANNS ET HORACIO SALINAS
INTERPRÈTES INTI-ILLIMANI 
 LICENCE YOUTUBE STANDARD 

BBC 


LE 1 FÉVRIER DE 2019,
L'ANCIEN RÉSISTANT, PATRICIO ORTIZ, 
ARRIVE À SANTIAGO DU CHILI
PHOTO HANS SCOTT
Patricio Ortiz Montenegro a combattu la dictature d'Augusto Pinochet en tant que membre du Frente Patriótico Manuel Rodríguez (FPMR), bras armé du Parti communiste du Chili.

En 1991, il fut condamné à 10 ans de prison, accusé d’avoir tué un policier lors de violents affrontements à Santiago.

Avec trois autres prisonniers — Mauricio Hernández Norambuena, Ricardo Palma Salamanca, et Pablo Muñoz Hoffman—, il s'échappe d'une prison de haute sécurité à bord d’un panier héliporté. L’opération «Vol justice » organisée par le FPMR, est resté dans les mémoires comme « L'évasion du siècle ».

Le mandat d'arrêt à son encontre a été annulé à la fin de l'année dernière. Le Chili avait auparavant demandé à la Suisse de renvoyer Ortiz pour purger le reste de sa peine. Cependant, en décembre, la Cour suprême chilienne a accepté un appel de ses avocats qui ont invalidé son mandat d'arrêt.

 L'ANCIEN RÉSISTANT, PATRICIO ORTIZ,
 ARRIVE AU CHILI
 PHOTO LA TERCERA
Un groupe d'une cinquantaine de personnes —camarades, amis et parents— a accueilli M. Ortiz à son arrivée à l'aéroport international de Santiago par un vol en provenance de Suisse. Certains portaient des drapeaux rouges du Front patriotique de Manuel Rodriguez (FPMR), dont il était membre.

«  Je suis très ému, très ému, je ne m'attendais vraiment pas à cet accueil », a-t-il déclaré à la presse.

« Je reviens dans mon pays. Je reviens avec dignité. Je reviens après 23 ans pour retrouver tous mes camarades, pour exercer le droit inaliénable de réunion avec les miens. Je fais partie de la résistance dans ce pays », a-t-il ajouté.

Ortiz devrait rester au Chili pendant environ trois semaines avant de rentrer en Suisse, où il vit depuis plus de 20 ans en tant que réfugié politique.

L'année dernière, c’est la France que le Chili a pressé d'extrader un autre des évadés, Ricardo Palma Salamanca, qui a été alors reconnu comme réfugié politique en France, après 22 ans de cavale. 

Environ 3 200 personnes ont été assassinées et 28 000 ont été torturées par des agents de l'État pendant la dictature du général Pinochet, qui a pris fin en 1990. Plus de 1 000 personnes  sont toujours portées disparues.


SUR LE MÊME SUJET :