vendredi 17 décembre 2010

Le prix Louis-Delluc attribué aux "Mystères de Lisbonne" de Raoul Ruiz

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

Camilo Castelo Branco dansESCAVAR EM RUÍNAS
Inspiré d'un roman de l'écrivain portugais Camilo Castelo Branco, le long-métrage de Raoul Ruiz présente la particularité d'être exceptionnellement long, puisqu'il dure 4h26. Ce film, dans lequel jouent notamment Clotilde Hesme, Léa Seydoux et Melvil Poupaud, évoque le destin d'un orphelin élevé par un prêtre dans le Lisbonne du XIXe siècle.
Raul Ruiz se trouvant actuellement au Chili, il était représenté lors de la cérémonie de remise du prix, qui se déroulait au Fouquet's, à Paris, par Paulo Branco, son producteur portugais. "Ce prix est une reconnaissance que le risque et l'audace, c'est encore payant dans le cinéma", s'est réjoui le producteur, évoquant "un projet qui est à contre-courant". "On n'a pas besoin de faire des films formatés pour être reconnu", a-t-il souligné.

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ] 

RAOUL RUIZ ET PAULO BRANCO LE PRODUCTEUR DES « MYSTERES DE LISBONNE » . PHOTO DR
Le film de Raoul Ruiz a été préféré à "Carlos" (version longue) de Olivier Assayas, "Des filles en noir" de Jean-Paul Civeyrac, "Des hommes et des dieux" de Xavier Beauvois, "La princesse de Montpensier" de Bertrand Tavernier, "The Ghost Writer" de Roman Polanski, "Tournée" de Mathieu Amalric et "White Material" de Claire Denis qui figuraient également dans la sélection.
Jean-Marc Lalanne, journaliste aux "Inrockuptibles", qui fait partie du jury, a expliqué qu'après avoir sélectionné "Carlos", "White Material" et "Mystères de Lisbonne", les jurés avaient eu besoin d'un deuxième tour pour récompenser finalement ce dernier film.
"Belle épine" de Rebecca Zlotowski, avec Léa Seydoux et Anaïs Demoustier, raconte l'itinéraire d'une adolescente livrée à elle-même. "Cette reconnaissance est encourageante", a déclaré Rebecca Zlotowski, 30 ans, en recevant son prix des mains de Gilles Jacob, le président du jury. Elle s'est dite "très fière" de l'avoir reçue, même si "le film a fait peu d'entrées". "On a l'impression de ne pas s'être trompée", a-t-elle souligné.
Créé en 1937 et surnommé le "Goncourt du cinéma", le prix Louis-Delluc, attribué par un jury de critiques, récompense le meilleur film français de l'année. Il doit son nom à Louis Delluc, cinéaste et écrivain.
L'an dernier, le prix avait été décerné à "Un prophète" de Jacques Audiard, le prix Louis-Delluc du premier film étant attribué à "Qu'un seul tienne et les autres suivront" de Léa Fehner. AP
pyr/sb