samedi 13 octobre 2012

HAÏTI-MIGRATION : DES RÉSEAUX DE TRAFIQUANTS PROFITENT DE LA VULNÉRABILITÉ DES MIGRANTS HAÏTIENS AU CHILI

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

« LUIS RAMIREZ (EL POLI), CEDANUS DORVIL (LE PASTEUR) ET JEAN BLENDY MAHOTIERE (LE GARDE DU CORPS) ».  PHOTO CIPER LE TRIO RISQUE UNE PEINE ALLANT DE TROIS À DIX ANS D’EMPRISONNEMENT AVEC LA NOUVELLE LOI AU CHILI QUI PUNIT LE CRIME DE TRAITE DES ÊTRES HUMAINS DES FINS DE PROFIT. PHOTO CIPER


Ce trio risque une peine allant de trois à dix ans d’emprisonnement avec la nouvelle loi au Chili qui punit le crime de traite des êtres humains des fins de profit.

Pour entrer au Chili, la plupart des migrants haïtiens recourent à ces types de réseaux de trafiquants, indique l’enquête.

Sur 3.427 touristes haïtiens enregistrés dans les mouvements migratoires au Chili, 2.681 ont été arrêtés, selon une étude réalisée entre 2009 et 2011 par un groupe d’analystes de l’Immigration de la police judiciaire (PDI) au Chili.

Seulement 746 de ces immigrants retournent dans leur pays.
[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
PROCUREUR EMILIANO ARIAS. PHOTO CIPER 
Selon des chiffres avancées pour l’année 2011, sur 1.369 Haïtiens arrivés au Chili, 1.056 sont restés dans le pays sans régulariser leur situation.

L’augmentation du flux d’immigration en provenance d’Haïti est inhabituelle et injustifiée, affirme le procureur en chef, Emiliano Arias, croyant que la grande majorité des Haïtiens viennent au Chili pour travailler.

« Ce sont des gens qui sont dans une vulnérabilité psychologique et économique extrême », a déclaré le procureur Emiliano Arias.

De nombreux immigrants haïtiens ont été expulsés pour ne pas avoir les documents prouvant un motif raisonnable de visiter le Chili, apprend-on.