mardi 30 octobre 2012

GARCIA MARQUEZ AUX ÉLECTIONS MUNICIPALES

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
LES ALENTOURS DU «  PALACIO DE LA MONEDA » À SANTIAGO,  (LE PALAIS DE LA MONNAIE), UTILISÉ À SON ORIGINE COMME HÔTEL DES FINANCES, OÙ L'ON FRAPPAIT DES INSIGNES SUR LES PIÈCES A ÉTÉ DESSINÉ PAR L'ARCHITECTE ITALIEN GIOACCHINO TOESCA. SA CONSTRUCTION DÉBUTA EN 1784 ET IL FUT INAUGURÉ EN 1805. PALAIS PRÉSIDENTIEL ET SIÈGE DU GOUVERNEMENT DEPUIS 1845 , PORTE LA MÉMOIRE DU COUP D’ÉTAT DE 1973 QUI ENTRAÎNA LA MORT D’ALLENDE. PHOTO NATHALIE CHAHINE
J’imaginais rencontrer ici des latinos au sang chaud, comme les Argentins, des « tigres » au tempérament aussi flamboyant que leur réussite économique. J’ai plutôt l’impression d’avoir atterri en Suisse. Ici, la «votacion » est une affaire sérieuse, et obligatoire. [Ce scrutin était le premier depuis l'inscription automatique des personnes majeures sur les listes électorales, qui a ajouté cinq millions d'électeurs, portant le corps électoral à de 8,1 millions à 13,4 millions dans un pays de 17 millions d'habitants. Mais le vote n'étant plus obligatoire, NdR] S’abstenir est même passible d’une amende – encore merci à tonton Pinochet. Si ce n’était pas le cas, peu iraient faire leur devoir, m’assure ma guide, Carla. Les rebelles se défoulent sur twitter et Facebook, en traitant d’assassins d’anciens caciques de la junte militaire (comme le maire de Providencia, Cristian Labbé). Un échauffement en vue des présidentielles de 2013 ?