mercredi 17 octobre 2012

LE PRÉSIDENT DU CHILI MAL REÇU PAR LES MAPUCHE

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
PHOTO MARTIN BERNETTI
L’un des chefs Mapuche, Jorge Huenchullan, a déclaré que 15 membres de la communauté Temucuicui avaient été arrêtés mardi matin pour avoir installé des affiches critiquant Sebastian Piñera, le président le plus impopulaire au Chili depuis le général Augusto Pinochet.

« Nous protestons parce que ce président est en territoire Mapuche et qu’il vient se promener ici sans offrir de solution efficace à nos demandes », a déclaré M. Huenchullan à l’Associated Press.

Les Mapuche ont résisté à la conquête espagnole pendant 300 ans et leur désir d’autonomie reste fort. Ce n’est qu’en 1881 qu’ils ont été défaits militairement et repoussés dans la région d’Araucania, à environ 600 kilomètres au sud de la capitale. La plupart des Mapuche vivent aujourd’hui dans une grande pauvreté.
[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
LE DRAPEAU MAPUCHE, LA MINORITÉ ETHNIQUE LA PLUS NOMBREUSE DU CHILI LORS D'UNE PROTESTATION À SANTIAGO DU CHILI. PHOTO MARTIN BERNETTI
Les manifestations de Mapuche se sont multipliées au cours des derniers mois dans la région d’Araucania. Des camions servant au transport de billots de bois ont été incendiés par des assaillants non identifiés, tandis que de petits groupes radicaux de Mapuche ont mené des attaques sporadiques contre la police. Les policiers sont par ailleurs accusés de violents abus contre les membres de cette communauté autochtone.

Sebastian Piñera s’est rendu dans la région pour réviser un nouveau plan du gouvernement visant à aider les communautés Mapuche. Lors d’une réunion avec des chefs Mapuche, il s’est fait demander de libérer les quatre membres de la communauté accusés de violences, mais le président a rejeté la demande. Les quatre grévistes de la faim ont été transférés d’une prison vers un hôpital après avoir perdu beaucoup de poids depuis le début de leur grève, le 27 août.

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
PHOTO MARTIN BERNETTI


«La grève de la faim n’est pas un mécanisme légitime ni efficace», a déclaré le président Piñera. « Ceux qui ont commis des crimes et qui ont été condamnés par le système judiciaire, peu importe leur ethnie ou leur origine, sont redevables devant la loi. »