jeudi 2 décembre 2010

Une planète située à 40 années-lumière est dotée d’une atmosphère

Le quatre Très Grand Télescope principal (VLT) des unités, aussi les quatre télescopes auxiliaires. Photo ESO/H.H.Heyer

GJ 1214B est une planète qui a pu être découverte grâce à HARPS, un outil placé sur le télescope de 3,6 mètres de l’ESO, au Chili. Le fait que cette planète dispose d’une atmosphère vient d’être confirmé, cette fois en utilisant un nouvel instrument : FORS, disposé sur le "Very Large Telescope" de l’ESO. "C'est la première super-Terre dont on analyse l’atmosphère. Nous avons atteint une étape très importante sur la route vers la caractérisation de ces mondes", indique un des astronomes de l’équipe internationale.
Grande comme 2,6 fois la Terre, GJ 1214B est également 6,5 fois plus massive. Située dans la constellation d’Ophiuchus (le porteur de serpent), son étoile hôte, située à 40 années-lumière de la Terre, est de petite taille comparativement à sa planète. Il est ainsi plus aisé d’étudier GJ 1214B, chaque fois qu’elle passe devant son étoile, toutes les 38 heures.
L’atmosphère de la planète a pu être étudiée via la lumière en provenance de l’étoile. En effet, les rayons lumineux émis par l’étoile sont légèrement différents au cours du transit de la planète. L’explication réside dans le fait que l’atmosphère absorbe une partie de ces rayons. L’étude des longueurs d’ondes absorbées a même permis de déterminer qu’il n’y avait pas d’hydrogène dans cette atmosphère mais qu’en revanche, de la vapeur d’eau s’y trouvait. Il est possible qu’il ne s’agisse que d’une couche de nuage qui, dans ce cas, pourrait masquer la présence d’hydrogène.
"Bien que nous ne pouvons pas encore dire exactement de quoi se compose l'atmosphère, c'est un grand pas en avant qui nous limite à deux options : des nuages ou du brouillard", concluent les astronomes.