mercredi 6 octobre 2010

A l'ONU, Michelle Bachelet veut s'attaquer aux violences contre les femmes

"Il y a des problèmes urgents et il y a des problèmes importants. (...) Je dirais que les violences contre les femmes, les violences domestiques, sont urgentes", a-t-elle dit à la presse, en marge d'un gala durant lequel elle a reçu "Le prix du courage au féminin", décerné par Radio-Canada et Reporters sans frontières (RSF).
Créée l'année dernière par RSF et la radio-télévision publique Radio-Canada, cette distinction avait jusqu'à présent été remis uniquement à l'ex-otage franco-colombienne des FARC, Ingrid Betancourt. Bien qu'absente de la soirée, cette dernière a fait remettre à Mme Bachelet son livre très personnel intitulé "Même le silence a une fin".
Pour l'ancienne chef d'Etat, promue secrétaire général adjoint de l'ONU en septembre, la violence contre les femmes n'existe pas uniquement dans les pays en voie de développement, mais aussi dans les pays développés.
"Dans plusieurs pays on mutile le sexe des filles, ou on les marie de force à des hommes plus âgés: c'est de la violence contre les femmes", a déclaré Mme Bachelet, 59 ans, qui a quitté la présidence du Chili en mars.
"Mais il y aussi de la violence contre les femmes dans des zones de conflits, comme on vient de le voir en République démocratique du Congo avec les cas de viols massifs", a-t-elle souligné, disant vouloir faire en sorte que "de telles choses" ne se produisent plus.
"Ce ne sera pas facile car la violence domestique a pour origine plein de facteurs différents", a-t-elle concédé.
ONU Femmes, qui doit commencer à fonctionner le 1er janvier 2011, rassemble sous sa coupe les activités de plusieurs organes déjà existants concernant les droits des femmes.
Ainsi la Division pour l'avancement des femmes (DAW), fondée en 1946, l'Institut international de recherche et de formation pour l'avancement des femmes (Instraw, 1976), le Fonds de développement des Nations unies pour les femmes (Unifem, 1976) et le Bureau du conseiller spécial pour la parité des sexes et la promotion des femmes (Osagi, 1997) seront fusionnés dans la nouvelle entité.
"Le gros défi d'ONU Femmes sera d'un côté d'identifier les enjeux cruciaux, et de l'autre d'essayer de mobiliser les ressources qui vont avec", a-t-elle ajouté, expliquant vouloir s'appuyer sur les organisations de femmes à travers la planète.
A cinq ans de la date butoir des objectifs du millénaire pour le développement (OMD), programme phare fixé en 2000 par l'ONU, l'ex-dirigeante socialiste modérée a souligné que "les pires (OMD) sont ceux en liens avec l'égalité des sexes".
Mais en créant cette nouvelle agence onusienne, la communauté internationale "a décidé de donner une importance politique" à cette question, a estimé Mme Bachelet.